La confiance, ingrédient clé du collectif

Avant de parler des bénéfices de la confiance dans le développement d’organisations humanistes et performantes ou des neurosciences de la confiance au service du leadership, on se doit de parler  de  confiance en soi.

TOLD_YOU_SO

Charles Pépin, le prof de philo qu’on aurait tous aimé avoir en Terminale propose un nouveau petit livre passionnant : La confiance en soi, une philosophie.


extrait émission CàVous – France5 – Avril 2018

Le livre de Charles Pépin commence comme cela :

Cette petite fille sur son vélo peut nous guider. Sa confiance puise sa force à trois sources. D’abord, son père. Elle ne s’élance pas seule, mais avec lui, grâce à lui. La confiance en soi est une confiance en l’autre. Ensuite, ses capacités. Elle a intégré les conseils de son père sur la façon de pédaler, de tenir le guidon. Elle a acquis une compétence, sans laquelle rien ne serait possible.

La confiance en soi est une confiance en ses capacités. Mais il y a plus. La joie qui la submerge lorsqu’elle prend de la vitesse dépasse la simple satisfaction de savoir faire du vélo. C’est une joie plus globale, plus profonde, une joie qui résonne comme un merci à la vie. La confiance en soi est une confiance en la vie.

Nous retrouverons toujours, à des degrés divers et sous des formes variées, ces trois ressorts de la confiance en soi : la confiance en l’autre, la confiance en ses capacités et la confiance en la vie.

Tout part peut-être de là, d’ailleurs : il faut y aller avec la fraîcheur d’un enfant, faire confiance sans même savoir à quoi. 

« La confiance est la capacité enfantine d’aller vers ce qu’on ne connaît pas comme si on le reconnaissait »
Christian Bobin.


UN GROUPE EST-IL PLUS INTELLIGENT LORSQU’IL EST COMPOSE DE PLUS DE FEMMES ?

Emile Servan-Schreiber répond que oui dans son ouvrage « Supercollectif. La nouvelle puissance de nos intelligences« 

lire un extrait du livre

Il s’appuie en cela sur une étude menée au MIT de Boston (le MIT dispose depuis quelques années d’un centre de recherche sur l’intelligence collective).

extrait émission -28 minutes- ARTE – Novembre 2018

L’intelligence collective requiert (…) plus d’écoute, d’humilité, de confiance et de partage
Emile Servan-Schreiber


Florence VAllet En effet Intelligence Collective



Retrouvez l’ABCDaire de la Transformation des organisations, de l’Intelligence collective


– Février 2016 – Sélection d’articles inspirants

NOUS ACCOMPAGNONS LE CHANGEMENT
// Travailler autrement  – L’expérience collaborateur //
>> Innovation managériale

>>Collaboration – Meetings tactics

>> Happy at work – Bonheur & bien-être au travail

>> Formation

// Communication Interne //

>> Communication visuelle

 

NOUS FAVORISONS L’EXPERIENCE CLIENT
// Communication //
>> Social Media

LE MONDE DE LA FACILITATION

– Janv 2016 – Sélection d’articles inspirants

NOUS ACCOMPAGNONS LE CHANGEMENT
// Travailler autrement  – L’expérience collaborateur //

>>Innovation managériale

>> Happy at work – Bonheur & bien-être au travail

>> Collaborer 

RSE: Quand partager devient la clé : découvrez ce que les réseaux sociaux d’entreprise peuvent faire pour vous 

>> Formation

 

// Communication Interne //

 

NOUS FAVORISONS L’EXPERIENCE CLIENT
// Communication //

>> Social Media

Nos TED préférés, ou comment être bluffé, inspiré en moins de 18 minutes

Shawn Achor: The happy secret to better work

 

 


////

Connectés solitaires

/////

 

 

 

/// Simon Sinek: Comment les grands leaders inspirent l’action

 

Qu’il s’agisse d’individus ou d’organisations, nous suivons les leaders, non parce qu’on doit le faire, mais parce qu’on veut le faire. Nous suivons les leaders, pas pour eux, mais pour nous-mêmes. Et c’est ceux qui commencent avec le « pourquoi » qui sont capablesd’inspirer ceux qui les entourent ou de trouver ceux qui les inspirent. — Simon Sinek

 

 

 

/// Brené Brown

Ce sont des gens sans réserves, qui vivent avec ce sentiment profond de leur valeur.  (…) Ils adoptaient complètement la vulnérabilité. Ils pensaient que ce qui les rendait vulnérable les rendait également beaux. Ils ne prétendaient pas que la vulnérabilité était confortable, ni qu’elle était atroce — comme je l’avais entendu auparavant dans les entretiens sur la honte. Ils disaient juste qu’elle était nécessaire. Ils parlaient de la volonté de dire « Je t’aime » le premier, la volonté de faire quelque chose quand il n’y a aucune garantie de réussite, la volontéde ne pas retenir son souffle en attendant le coup de fil du médecin après une mammographie. Ils étaient prêts à s’investir dans une relation qui pourrait marcher, ou pas. Ils pensaient que c’était essentiel.

 

 

//// Nancy Duarte

////  Andy Puddicombe

« We can’t change every little thing that happens to us in life, but we can change the way that we experience it. That’s the potential of meditation, of mindfulness. »

Lequel préférez vous ?

Et vous ? quelle est votre liste « must-see »  ?

Le bonheur au travail: illusion ou véritable levier de performance pour l’entreprise ?

Le film « Le Bonheur au travail » de Martin Messonnier a été présenté en avant-première dans le cadre des Journées du Bonheur au travail qui ont eu lieu du 12 au 14 février à La Gaîté Lyrique à Paris.

Diffusion sur Arte le 24 février (et visible ensuite en replay pendant 60 jours)

Ce film a nécessité de la part de ses auteurs une enquête internationale qui a duré plusieurs années et qui fait notamment la part belle aux entreprises « libérées », chères à Isaac Getz, qui décident de remettre le salarié au cœur du travail.

Pour la première fois sans doute, on a alors l’opportunité de voir s’enchaîner une série d’interviews hautes en couleurs avec collaborateurs et dirigeants qui n’hésitent pas à affirmer leur volonté de faire bouger les lignes ou même comme le dit clairement Carlos Verkaeren dans cette quête de sens qui semble indispensable à ce fameux bonheur revendiqué, de « changer le monde » !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Des collaborateurs heu-reux, une performance retrouvée

L’exemple POULT

Parmi les entreprises visitées, on notera POULT, la fabrique de gateaux de Montauban, au bord du gouffre il y a plusieurs années et qui ne devrait grandement son salut qu’à un changement radical d’organisation qui a fait  disparaitre toute notion de hiérarchie. Les managers deviennent des animateurs qui accompagnent leurs équipes avec fermeté et bienveillance.

Non seulement tout le monde y trouve son compte …. mais la performance économique est au rendez-vous.

 

L’exemple HCL

Au delà des frontières hexagonales, Martin Messonnier a également posé sa caméra en Inde dans l’entreprise HCL dont le patron Vineet Nayar est le fameux auteur de « Les employés d’abord, les clients ensuite » (dont nous vous recommandons la lecture toutes affaires cessantes !)

Chez HCL on a notamment instauré une évaluation à 360° à la Airbnb (Hosts-Guests) qui a semble-t-il influé sur la régulation des feedbacks, des frustrations qui pouvaient exister

 

L’exemple Gore

Extrait d’une Interview du réalisateur Martin Messonnier dans L’Usine Nouvelle (février 2015)

Le problème c’était de rendre compréhensible leur mode de fonctionnement.La philosophie du Groupe de textile Gore est très différente de tout ce qu’on peut voir. Leur première valeur est de gagner de l’argent en s’amusant. Pour cela, ils ont mis en place de nombreuses règles pour stimuler la créativité. Par exemple, tout nouveau venu a un sponsor qui lui fait découvrir l’entreprise et l’aide à se constituer un réseau. Une personne peut en changer si cela se passe mal. De même, l’entreprise s’intéresse aux passions personnelles des employés en se demandant comment elles peuvent les mettre au service de l’entreprise.

A signaler que Gore (10.000 employés), a réussi à pérenniser son modèle, plutôt étonnant, avec tout un vocabulaire dédié. Les salariés sont des « associés », il n’y a pas de hiérarchie, mais des « leaders » et chacun est aussi parrainé par un « sponsor ». Les employés sont invités à trouver leur « sweet spot « : le point de rencontre entre leurs compétences, leurs intérêts et les besoins de l’entreprise. Ils ont l’air épanouis.

Bref … si ça fonctionne dans ces entreprises pourquoi pas dans la vôtre ?

Pourquoi ne pas évoluer dans une entreprise dont les salariés ont un vrai plaisir à venir travailler.

engagement

Bref… pourquoi ne pas repartir à la reconquête du bonheur de vos salariés ? Le jeu en vaut incontestablement la chandelle et l’agence « En effet Qui d’autre ? » peut vous aider.

Unissons nos forces, appelez-nous !